LA PELOTE BASQUE

Ce jeu est si fortement enraciné au Pays basque qu’il porte désormais le nom de « pelote basque ». Il y représente un art de vivre et de nombreux villages possèdent un fronton (ou « place libre ») qui fait souvent office de place centrale principale.

pelote-basque.710.475

Les autres terrains de jeu sont : le fronton mur à gauche court (35 à 38 m de long), le « Jai alai », fronton mur à gauche long (55 à 60 m de long) et le trinquet.

Un peu d’histoire…

La pelote est un jeu très ancien. On le retrouve dans de nombreuses civilisations telles que celles des Grecs, des Mayas, des Romains et des Gaulois. Mais c’est au Pays Basque que la pelote a survécu lorsque la pratique du jeu de paume s’est perdue au XVIIème siècle. C’est également là que ce jeu a subi les transformations et les adaptations les plus radicales, avec notamment le développement de nombreux dérivés.

En 1921, la fédération française de pelote basque est créée, la fédération internationale de pelote basque voit le jour quant à elle, en 1929 et les premiers championnats du monde se déroulent à Saint Sébastien en 1952. D’autre part, la pelote basque a figuré trois fois aux jeux olympiques en sport de démonstration : en 1924 à Paris, en 1968 à Mexico et en 1992 à Barcelone.

La pelote basque regroupe plusieurs jeux traditionnels issus du Jeu de paume.

Les instruments du jeu

On pratique la pelote avec une balle du même nom qui existe en différentes tailles, poids et compositions suivant la discipline pratiquée. Elle est constituée d’un noyau en buis de 20 à 36 mm de diamètre entouré d’un fil élastique pour constituer le noyau dont le poids est réglementé selon le jeu et l’âge des joueurs. Ce noyau peut aussi être en latex (cesta punta, xare, pala corta, remonte).

Un fil de laine vierge est ensuite enroulé en contrôlant scrupuleusement son tassement tout au long du processus de fabrication. Un réseau de fil de coton est cousu en surface pour maintenir la laine et éviter qu’elle ne regonfle.

Des « huit » en peau de chèvre sont découpés et cousus ensemble à la main ou en une ou deux couches. Ces « huit » sont taillés dans du parchemin (cuir non tanné) pour la cesta punta, le xare ou le remonte.

Les autres instruments de jeu sont les chisteras (petit chistera, grand chistera ou remonte), les palas et paletas (paleta gomme, paleta cuir et pala corta), les gants de pasaka, laxoa et rebot et le xare.

Mais la discipline de base de la pelote basque reste la main nue puisqu’elle est la plus ancienne (pour les différentes spécialités de pelote basque nationales ou internationales).

Comment y jouer ?

La pelote basque est un sport d’une rare intensité alliant force, agilité et adresse. Elle se joue, le plus souvent, de façon indirecte. Chaque joueur doit renvoyer la pelote à son tour, à la volée ou après le premier rebond au sol.

Le but du jeu étant de la relancer sur le fronton et de la faire retomber « à bon » dans l’aire de jeu. Le joueur qui ne peut ramener la pelote sur le fronton ou qui envoie la balle hors de la surface de jeu perd le point. Le but ou engagement est alors donné à l’adversaire. Celui-ci doit, lors de son engagement, dépasser une ligne minimum appelée « falta » pour que le but soit validé mais il ne doit, d’autre part, pas dépasser plus d’une fois, une autre ligne appelée « pasa » sous peine de donner le point à l’adversaire.

Où y jouer ?

Il existe principalement trois aires de jeux :

– le fronton : c’est l’aire la plus répandue au Pays bBasque, chaque ville et village en possède au moins un, on peut utiliser aussi bien la pala, la chistera, le rebot.

– le mur à gauche

– le trinquet : c’est un site couvert, avec 4 murs utilisés pour le jeu

Dans tous les villages de la région, vous rencontrerez des aires de jeux pour jouer la pelote basque.

 


Informations pratiques

  • Fédération française de pelote basque (FFPB)                      

Adresse : 60 Avenue Dubrocq – 64108 Bayonne

Téléphone : + 33 (0)5 59 59 22 34

Mail : ffpb@orange.fr

Site web : www.ffpb.net


 

 

#pelotebasque #chistera #guethary #vscocam #euskadi

A post shared by Benjamin Gateau (@benjamingat) on

 

Crédit photo : Henrik Moltke

Cliquez sur "j'aime" pour rester connecté et être informé de nos actualités !