Depuis quelques années maintenant, on déplore l’état de la planète, qui se retrouve malgré elle terriblement impactée par l’activité humaine. Les déchets plastiques notamment, sont au coeur des sujet de conversations liés à l’environnement. Et si cette fois, on abordait celui du plomb, ce redoutable ennemi qui s’accumule au fond de nos océans et dont on parle encore trop peu. Nous sommes allés à la rencontre de Tom Flambeaux qui a décidé de déclarer la guerre à ce métal toxique qui pollue les fonds marins de la Côte Basque, et par définition, les poissons que nous consommons par la suite…

tom-plombkemon-go-du-pays-basque

L’histoire de Tom, la naissance de Plombkemon Go

À 36 ans, cet amoureux de l’océan a depuis toujours dévoué sa vie à sa passion. Originaire du Pays Basque, il a grandi dans la culture du surf, de la plongée, de la pêche et surtout dans le respect du littoral. Cela lui a permis d’acquérir des valeurs inculquées par son éducation et son apprentissage de ces divers disciplines aquatiques, qui ne l’ont jamais quitté. Désormais adulte, il a un regard différent sur ce qui l’entoure. Plusieurs voyages à travers le monde lui ont permis de découvrir des lieux sans trace d’activité humaine, des océans dans leur état le plus pur. C’est au retour de ces différentes escapades que Tom fait un triste constat. La plongée sous-marine n’avait plus la même saveur, ses yeux ne s’étonnaient plus pour les bonnes raisons. Et pour cause, le plomb des fils de pêche qui se cassent, reste coincé dans les rochers et viennent entacher le décor, de ce lieu pourtant si sacré qu’est l’océan. On ne parle pas de quelques hameçons par-ci par-là, mais bien de tas de plomb entassés sur le sable. Il n’en fallait pas plus à Tom pour se lancer un incroyable défi…

Il ne se passait plus une seule sortie en plongée sans qu’il ne remonte des kilos de plomb du fond de l’océan. En apnée, équipée au début seulement de ses mains et d’un filet puis ensuite d’un détecteur de métaux, Tom parcourait les côtes à la recherche de ces déchets liés à la pêche. Avec des conséquences désastreuse pour l’environnement, il fallait remédier à cette accumulation de plomb qui cause l’intoxication de la faune sous-marine mais aussi de l’Homme qui la mange ensuite. En un an et demi, c’est bel et bien 1 200 kilos de plomb que Tom a ramené à la surface. Tantôt recyclés dans des écoles de plongés, ou fondu puis transformé en statut décorative de baleine, ce métal a trouvé une seconde vie. Biarritz s’est alors délesté d’un poids qui pesait lourd dans le fond de l’océan…

tom-plombkemon-go-pays-basque

Le Plombkemon Challenge

Tom a pour volonté de répandre son action au delà de notre région. C’est pour cela qu’il a mis en place le Plombkemon Challenge. Au début, il s’agissait seulement de récolter du plomb venu des océans, de le prendre en photo et de taguer la page @plombkemongo sur Instagram ou sur Plombkemon Go sur Facebook. Ce challenge a pris de l’ampleur et il est désormais soutenu par des entreprises telles que Sportsmed, qui participent en offrant des lots aux gagnants qui ramèneront le plus de plomb possible. Cette initiative a pour but de désengorger nos océans de ce métal, un véritable fléau et de partager avec les autres challengers la passion de la plongée et de l’apnée.

On ne répètera jamais assez que la protection de l’environnement nous concerne tous. À son échelle, chacun peut réaliser une action en faveur de la préservation de la planète. C’est en rejoignant une démarche comme celle de Tom et de Plombkemon Go que l’on fera du bien à la planète, celle que l’on laissera aux générations suivantes. Quiconque ne s’improvise pas amateur de plongée ou d’apnée, mais parlez-en autour de vous, faites passer le message et permettez à l’océan de retrouver la plus belle version de lui-même.

Facebook : https://www.facebook.com/tampypourlespoissons/
Instagram : https://www.instagram.com/plombkemon_go/