Pour épater vos amis surfeurs, vous pourrez leur raconter des histoires inédites à Biarritz cet été. C’est un livre pour les experts mais aussi pour ceux qui n’y connaissent rien …

Agatha Christie qui surfait ?!

Il est difficile de s’imaginer Agatha Christie autrement qu’à travers la vieille dame aux cheveux bleus que chacun connaît via quelques photos sépia. Pourtant, la célèbre romancière a été jeune et surfeuse.
En 1922, jeune mariée, elle accompagne son époux, le sous-officier Archibald Christie au Cap, en Afrique du Sud. Elle y essaie alors un sport qui vient à peine d’être importé : le surf. Elle devient la première femme à avoir surfé dans ce pays, mais surtout, elle est accro.
Cela tombe bien : Archie est chargé de promouvoir la future Exposition universelle de Londres et les étapes suivantes de leur voyage sont Hawaii, l’Australie et la Nouvelle-Zélande. C’est là-bas, à Waikiki, qu’elle arrivera enfin à se lever et à rider une longue vague sur une énorme planche de surf alors sans dérive.

Quant à Elvis Presley, la question se pose encore.

Elvis don’t surf ! Faute aux représentations diverses montrant le plus célèbre des chanteurs cherchant son équilibre sur une planche de surf, en fait actionnée mécaniquement devant un fond sur lequel déferle une vague filmée auparavant.
Il n’avait aucune attirance pour le sport local. Tout juste accepta-t-il de se baigner dans une lagune pour quelques scènes nocturnes et de glisser le long des vagues de Waikiki sur une grosse hollow board en compagnie d’un beach boy.
En octobre 1969, on le découvrit quand même vêtu d’un T-shirt rouge et suivant à plat ventre une petite mousse sur une planche rayée de bleu et de blanc. Le King, c’est certain, mais pas du surf. Pourtant, outre les albums des musiques de ces trois comédies romantiques tournées là-bas, les poupées et autres gadgets le montrant juché sur une planche de surf vont inonder le marché. Business oblige.

Surf Me Up! répond à autant de questions indispensables « ou pas »

à propos du surf, son milieu et sa culture. Il est vrai que le leash sonne mieux que « le fil à la patte » et que le round house cut back se traduit difficilement par « un coupé derrière arrondi autour de la maison ».

Belharra ? Appellation galvaudée par les marchands du temple, Belharra (l’herbe en basque) est devenu un spot mythique, l’énorme vague qui, lors des très grosses houles d’hiver, casse au large de la corniche au niveau d’Urrugne au Pays basque. Ils existent aujourd’hui, entre autres, quatre restaurants et un cabinet d’esthétique, une société de jardinage et deux agences immobilières, une agence de voyages et une entreprise d’informatique, un garagiste, un pisciniste, une clinique et même une bière à ce nom.
C’est certain, ça fait moins rêver…

L’auteur Alain Gardinier a rassemblé plus d’une centaines de ses chroniques pour France Bleu Pays Basque de son émission Surf me up. Journaliste et écrivain, il a fait du surf et de son univers l’une de ses spécialités. Auteur de onze livres et de nombreux documentaires sur le sujet, c’est sur le spot de Parlementia à Bidart qu’il exerce sa passion au quotidien.

Vous trouverez plus d’informations sur le site de l’éditeur « Atlantica »

Cliquez sur "j'aime" pour rester connecté et être informé de nos actualités !