Le Pays basque d’Adélaïde Daraspe

IMG_6471
Adélaïde Daraspe est une femme ultra dynamique et passionnée.

Elle a grandi à Urrugne. De parents non bascophones, elle a été scolarisée à l’ikastola d’Hendaye où elle a appris l’Euskara. Passionée d’Histoire et d’Anthropologie, elle a fréquenté l’Université de Bordeaux. L’envie de découvrir l’ailleurs l’a poussé à poursuivre ses études de l’autre côté de l’atlantique au Québec où elle a fait des recherches sur les objets des basques du Québec. Elle y est restée sept ans et s’est largement impliquée dans l’Euskal Etxe du Québec située à Montréal qu’elle a d’ailleurs présidé pendant 4 ans. Cette expérience lui a permis de s’imprégner de la culture des basques de la diaspora, de les connaître et de les représenter auprès du Gouvernement Autonome en tant que déléguée.
Lors de son retour au pays, Adélaïde a crée une entreprise de décoration de gâteaux. Sensible à l’art, l’artisanat et à l’importance de l’économie locale, elle a ensuite saisi l’opportunité de créer une boutique de créateurs locaux et salon de thé au bourg d’Urrugne nommée Martxuka en novembre 2013.

Adélaïde, quel est le concept de Martxuka ?

Martxuka est une boutique et salon de thé à au coeur du bourg d’Urrugne. Elle regroupe une cinquantaine d’artisans locaux. Céramique, bijoux, vêtements, décoration, sculpture, gravure, couture pour adultes, enfants et bébés. On trouve vraiment de tout à Martxuka. Comme il s’agit d’artisanat local, il est également possible de faire personnaliser ou créer certaines pièces sur demande.

Martxuka est aussi un salon de thé cozy et chaleureux, qui propose un large choix de boissons chaudes et fraîches dont de délicieux smoothie de fruits frais, ainsi que des cookies, muffins, cupcakes et pancakes pour les plus gourmands. En effet, nous travaillons uniquement avec des entreprises voisines, dans le but de développer l’activité locale. Nous proposons les gâteaux de Cake Création basée à Urrugne ou encore avec Kikeran à St Jean de Luz. C’est aussi pour cette raison que nous acceptons l’Eusko, la monnaie basque locale.
Nous proposons également des gâteaux sans gluten et sans lactose pour combler toutes les petites faims.

En plus de la partie boutique de créations locales et salon de thé, de nombreuses activités sont développées à Martxuka. Des ateliers de loisirs créatifs pour petits et grands sont proposés tous les samedis après midi par « Les ateliers créatifs Audrey Bourdon ».

Nous organisons également de marchés de créateurs locaux trois fois par an. Le prochain aura lieu le 18 octobre 2015. Ces marchés de créateurs regroupent entre cinquante et quarante créateurs locaux.

Si vous deviez résumer votre pays basque en 3 mots ?

Créativité. Culture. Beauté.

Fermez les yeux… quel est le son qui vous vient à l’esprit quand on vous dit « pays basque » ?

Sans aucun doute, le son de la txalaparta et les voix de Xan, Thierry et Jamixel, du trio Kalakan.

L’image ?

Celle d’un village en fête

Le goût ?

Celui de l’ardi gasna.

Qu’est-ce qui vous éloigne du Pays Basque ?

Mon goût du voyage, la découverte d’autres cultures. J’ai eu l’occasion de découvrir des paysages à couper le souffle et de faire des rencontres inoubliables lors de mes voyages, dont le dernier, où nous suis partis pendant 10 mois pour un « Tour du Monde / Voyage de Noces »…
On a même fait un blog de voyage : www.jeanetadelaide.com avec plein de photos et de vidéos, pour les plus curieux !

Qu’est-ce qui vous y ramène ?

Ma famille et mes amis proches bien sûr, et dans un second temps les nombreux projets mis en route ici.

Quel est l’endroit le plus lointain/inattendu ou vous avez trouvé une trace du pays basque ?

Disons que j’aurai beaucoup d’exemples à citer puisque j’ai eu la chance de rencontrer des basques ou des traces de leur passage un peu partout à travers le monde. La dernière rencontre était en Indonésie, sur le volcan Kawa Ijen à environ 4 heures du matin. On y était pour voir un lever de soleil au dessus des volcans et des longs nuages. Puis on a entendu des personnes parlaient et s’échangeaient des infos, et au moment où l’un d’eux s’est présenté, le « my name is Asier  Lasarte » (avec l’accent de chez nous) nous a fait nous retourner ! Il s’agissait d’un photographe reporter et grand voyageur avec qui on a pu échanger en euskara. Voici le lien de son blog :  https://denomadaconlacamara.wordpress.com

Votre plus belle balade au pays basque ?

La forêt d’Oma en Biscaye. Un endroit surprenant, artistique, coloré, que j’adore et que je vais retourner voir bientôt !

Votre plus beau souvenir ?

Il y a quelques années, nous avons passé deux jours et planté la tente, perdus dans la montagne dans la région d’Idiazabal où nous avions eu la chance de pouvoir accompagner un berger et son chien, qui allait chercher ses brebis à 5h du matin pour les traire. Je n’avais jamais réalisé l’ampleur de la tâche et la beauté de ce métier avant ce jour-là.

L’endroit du pays basque qu’il vous reste à découvrir ?

Je ne connais pas bien assez la province de l’Araba. Il me reste donc à la découvrir.

Votre restaurant préféré ?

Disons que ça dépend du type de cuisine. Alors je dirai « Le Petit Grill Basque », rue St Jacques, à St Jean de Luz pour l’excellente cuisine traditionnelle et le restaurant Shake à Donosti pour la cuisine japonaise.

Votre épicerie ou producteur local préféré ?

Les talo bio de Lapurdiko Taloak, le fromage Idoki de la famille Elizondo à Urrugne. Deux choses qui, je dois l’avouer, m’ont un poil manqué pendant mes séjours plus ou moins longs à l’étranger.

Votre lieu de vie diurne préféré ?

Les randonnées aux quatre coins du pays basque, le domaine d’Abaddia, la forêt des arbailles, celle d’iraty…

Votre lieu de vie nocturne préféré ?

Me promener vers le fort de Socoa la nuit.

Votre boutique préférée (mode, déco, livres…) ?

Martxuka bien sur ! Non.. plus sérieusement, j’admire l’initiative de la nouvelle épicerie en vrac Euskal Vrac à St Pée sur Nivelle. J’aimerai que ce genre d’initiatives se développe et que les gens prennent plus conscience de l’importance de réduire les déchets, et d’acheter des produits locaux.

Votre créateur/créatrice préféré(e) au Pays Basque (artiste, créateur de marque, créateur culinaire…) ?

Difficile pour moi de répondre à cette question puisque je travaille toute la journée avec de nombreux créateurs locaux…
Alors je vais taper en touche et ne pas parler d’artisanat, mais plutôt d’art de rue. Alors si je devais ne citer qu’un artiste, ce serait « Christophe Pavia et ses Mystérieuses Coiffures » avec qui j’ai la chance d’avoir travaillé, notemment pour créer le projet artistique Zortzi. Christophe Pavia avait crée 8 coiffes en s’inspirant des chapeaux des Joaldun, une qui representait chacune des provinces basques + la diaspora. Nous avons été présenter ce projet à Montréal ainsi qu’à New York.  J’ai plus récemment eu la chance de le retrouver en Australie pour un spectacle d’art de la rue qu’il a présenté là bas. Il a eu un tel succès que nous devrions y retourner en septembre 2016. J’admire profondément son talent, sa passion et sa créativité.

Votre coup de coeur ?

Regarder un coucher de soleil sur la corniche, idéalement en mangeant du chocolat !

Cliquez sur "j'aime" pour rester connecté et être informé de nos actualités !